Retour à l'accueil

Analyse de moisissures et bactéries

Moisissures

Les moisissures regroupent des organismes microscopiques très variés étant habilités à croître dans une grande variété d’environnement. Elles se reproduisent principalement par le biais de spores qu’elles relâchent en grande quantités dans l’air.

La concentration et la nature des spores de moisissures dans l’air sont des paramètres majeurs de la qualité de l’air résidentiel et des lieux de travail. La présence d’une concentration élevée de fragments fongiques, surtout en présence d’un nombre limité d’espèces, est susceptible de causer une grande variété de symptômes chez les occupants sensibles aux moisissures. Ces symptômes, allant de fatigue chronique et maux de tête aux sinusites et attaques d’asthmes, subviennent généralement suivant l’apparition d’humidité excessive sur des matériaux de construction causée par de la condensation, une fuite de plomberie, des infiltrations dans les fondations, etc. Ces symptômes, étant non-spécifiques, il est souvent nécessaire d’avoir recours à des analyses microbiologiques afin d’en confirmer la cause.

Plusieurs types d’échantillonnage sont possibles selon le type de bâtiment, la population qui l’occupe, les délais disponibles, etc. Aussi, en absence de lignes directrices claires, il est important de faire appel à des professionnels d’expérience pour bien cerner les questions entourant la qualité de l’air.

Bactéries

Dans certaines situations, la mesure de la concentration bactérienne dans l’air est aussi utilisée. Pour une unité de ventilation, climatisation ou un humidificateur mal entretenu, en présence d’infestation d’animaux ou lors de refoulements d’égouts, cette mesure permet de prendre état d’une situation pouvant influencer de façon importante la qualité de l’air.

Différents scénarios sont possibles selon la situation à évaluer: décompte des bactéries hétérotrophes totales, Gram+/Gram-, entérobactéries ou identification des espèces dominantes en présence, et ce, dans l’air ou sur les surfaces.