Retour à l'accueil

R&D

Recherche sur les dépôts d’ocre « ferreuse »

La recherche est menée conjointement avec l’INRS-ETE (Institut National de Recherche Scientifique, eau-terre-environnement, par Sonia Desjardins, Biochimiste M. Sc. Doctorante en science de la terre.

Cette étude vise à émettre des recommandations de construction, d’installation et d’entretien des drains permettant d’enrayer leur colmatage à long terme. Ces recommandations devront être écologiques, économiques et efficaces.

L’originalité de ce projet de doctorat est d’identifier les conditions physico-chimiques (température, teneur en oxygène, teneur en matière organique, Etc.),  hydrogéologiques (niveau de la nappe phréatique, composition des sols) et chimiques (pH, Eh, ions en présence, Etc.) pouvant être à l’origine ou non de la production d’ocre ferreuse dans les drains résidentiels et agricoles. Un autre point novateur de ce projet d’étude est la recherche de solutions techniques pouvant prévenir à long terme les dépôts d’ocre ferreuse dans les drains résidentiels et agricoles comparativement aux moyens de lutte connus et pratiqués actuellement qui sont, en plus d’être temporaires, souvent inefficaces, trop coûteux, difficiles à mettre en place, ou encore représentent un danger pour l’environnement.

Tout ce travail d’envergure ne pourrait être possible sans l’implication d’entreprises soucieuses de l’environnement et déterminées à contribuer à la réussite de ce projet.

 

Pour tout savoir sur les dépôts d’ocre ‘’ferreuse’’ et sur l’avancement de la recherche conjointe, nous vous invitons à lire la capsule publiée dans l’INRSciences : L’ocre de fer : vraiment pas une bonne affaire!

Recherche sur la détection de spores fongiques dans les champs de culture

Au cours des dernières années, nous avons mis au point un progiciel de calcul du niveau de risque basé sur l’association entre les conditions météorologiques, propices à la croissance de chacune des spores spécifiques, et la quantité de spores détectées.

Ce progiciel est très simple d’utilisation et très visuel, comportant des indices d’aide à la décision selon un système de couleur, rouge, jaune et vert. Au cours de la prochaine année, nous souhaitons que les producteurs aient également accès au suivi de la prolifération fongique de l’ensemble de la province, de sorte à adapter leur décision à la situation globale des environs. Les données récoltées cette année de même que les années suivantes sont conservées afin d’établir des corrélations et simulations statistiques importantes sur la quantité de spores, leur croissance, et les conditions météorologiques selon les secteurs.